Fascination du sol

 

Le sol, base de la vie

Le sol est la couche supérieure vivante de la croûte terrestre qui peut avoir une épaisseur de quelques centimètres à quelques mètres. Il s’écoule environ 10 000 à 20 000 ans pour former 1 mètre de sol. Sous nos latitudes se forme environ 0,1 mm de nouveau sol par année. La couche supérieure du sol est constituée d’humus, formé par la décomposition et la désagrégation de résidus végétaux, et elle est particulièrement riche en nutriments.

Les sols sains jouent un rôle clé car ils fournissent des services irremplaçables: les écosystèmes des sols filtrent, accumulet et régulent l’eau, offrent un habitat pour d’innombrables organismes du sol, et sont même capables de dégrader des substances toxiques. Les sols exploités de manière durable montrent une plus grande capacité de résistance, peuvent mieux s’adapter aux nouvelles conditions climatiques et contribuent à la réduction des gaz à effet de serre.

Les sols sous pression

Par contre, la perte de sols sains s’est considérablement accrue au cours des dernières décennies. La sylviculture et l’agriculture intensives menacent tout particulièrement nos sols. Monocultures, engrais minéraux, pesticides de synthèse et emploi fréquent de lourdes machines: tout cela peut détériorer la structure des sols, lessiver les sols et polluer l’écosystème naturel. Le changement climatique est aussi attisé, entre autres, par l’agriculture. Tempêtes et inondations augmentent d’année en année. Les sols fertiles s’érodent de plus en plus, ce qui se traduit aussi par une baisse des récoltes agricoles. Rien qu’en Suisse, 840’000 tonnes de sol sont littéralement déversées dans les ruisseaux chaque année.

Mais notre comportement de consommation exige aussi beaucoup du sol. La consommation croissante de viande, la forte demande de culture en plantes énergétiques, enfin et surtout le gaspillage alimentaire engloutissent des terres précieuses qui pourraient être exploitées de manière beaucoup plus efficace et durable.

 

Donner la parole au sol

En plus, nous ne remarquons pas le sol qui est simplement là sous nos pieds, et qui est souvent considéré et traité comme un matériau inerte. L’un des principaux objectifs de notre projet Sounding Soil est faire vivre l’expérience des processus et de la vie du sol. Cela permettra de renforcer la sensibilité du public pour des sols sains.

 

L’orchestre des animaux du sol

Avec les enregistrements de Sounding Soil, vous pouvez entendre la faune du sol comme les collemboles, les acariens, les chilopodes, les coléoptères, les cloportes, les larves de mouches, les vers de terre, les araignées, les sauterelles et les cigales. La plupart des organismes du sol font du bruit lorsqu’ils se déplacent dans le sol ou qu’ils mangent. Certains utilisent aussi le sol pour communiquer entre eux. On peut de plus entendre des animaux qui vivent dans le sol et qui l’utilisent comme moyen de communication en générant des vibrations, qui peuvent être perçues par des congénères via les pattes ou le corps.

Selon leur taille, leur morphologie et leur comportement, les organismes du sol produisent différents sons. Plus les bruits d’animaux sont variés dans un enregistrement, plus la faune du sol est diversifiée.

Un sol sain abrite une faune et une flore très variée. L’ensemble garantit les fonctions de base du sol comme la décomposition de la litière et les cycles des éléments nutritifs. Plus la diversité des organismes du sol est grande, plus l’écosystème est redondant. Ce qui veut dire que si certaines espèces font défaut, les autres prennent le relais. Une grande variété d’êtres vivants est un signe de santé pour l’écosystème des sols.

Variétés de bruits

Dans le projet de recherche Sounding Soil, nous essayons de mesurer acoustiquement la diversité en espèces au moyen «d’indices acoustiques». Ce faisant, nous avons déjà pu constater des différences très nettes entre différents sites. Les terres agricoles exploitées de manière traditionnelle sont plus silencieuses et montrent moins de bruits différents qu’une prairie biologique. Dans les sols forestiers aussi c’est un peu plus calme, car il fait en général plus frais et les organismes du sol sont moins actifs que dans une prairie ensoleillée.

Souvent on n’entend pas que les bruits de la faune du sol, mais aussi des sources physiques comme la pluie qui tombe sur le sol et s’infiltre, ou le vent qui fait bouger la végétation et se fait entendre comme un grondement dans le sol. On entend aussi d’autres bruits de l’environnement dans le sol (chantier de construction, trafic, avions).

 

Comment pouvons-nous protéger nos sols?

Avec leurs nombreux services écosystémiques et leurs fonctions, les sols doivent être mieux protégés et exploités de manière durable pour que les générations futures puissent également bénéficier de sols sains.

Dans notre vie quotidienne, nous pouvons protéger et conserver le sol. En tant que consommatrice ou consommateur, vous avez une voix au chapitre pour favoriser une agriculture durable en Suisse à travers vos achats: produits régionaux et de saison, si possible provenant de l’agriculture biologique et souvent renoncement à la viande.

Que ce soit dans les jardins familiaux, dans le potager familial ou sur le balcon, chacun peut soutenir la protection des sols. Les jardiniers/ières Bio peuvent contribuer à la conservation de la biodiversité dans le pays et dans le sol. Le compostage joue un rôle important pour les jardiniers amateurs car dans le compost, les restes sont transformés en un précieux humus riche en élément nutritifs.

 

Agir maintenant!

Notre société dépend de sols sains, sur lesquels poussent plus de 90% de notre alimentation. Nous, à savoir la société civile, les politiciens, l’industrie et l’agriculture, avons les moyens de protéger le sol et de le préserver pour les générations futures. Il faut plus de travail d’’information sur le thème de la protection des sols et les décideurs et décideuses politiques et industriels doivent enfin prendre des mesures et agir. Il n’est pas encore trop tard, mais il est grand temps d’accorder plus d’attention et de protection à la précieuse ressource qu’est le sol.